Développement de modèles de souris humanisées pour l'étude des cellules immunitaires de la peau in vivo

Résumé : Le développement de nouvelles stratégies vaccinales et le traitement de nombreuses pathologies dermatologiques font partis des enjeux majeurs des années à venir. L'étude et la compréhension des mécanismes de réponses immunitaires cutanées sont ainsi essentielles. Les cellules de Langerhans épidermiques et les cellules dendritiques dermiques jouent un rôle central dans l'immunité adaptative spécifique à un pathogène, et dans l'immunité innée, de par leur fonction de présentation des antigènes (APC), mais également d'activateur et de régulateur de l'action des autres cellules immunitaires. Durant ce travail de recherche, nous avons mis au point et testé plusieurs modèles d'étude des mécanismes de l'immunité cutanée. Un premier modèle de " souris humanisées " a été mis au point, à partir de souris immunodéprimées NSG HLA-A2 tg et de greffes de peau humaine. Une fois le modèle techniquement mis au point, nous avons vérifié de la conservation et de la fonctionnalité des APC. La faible conservation des APC au-delà de plusieurs semaines, nous a conduit à mettre au point un deuxième modèle de " souris humanisées " qui bénéficiaient d'injections intra-hépatiques de progéniteurs hématopoïétiques humains. La colonisation en APCs cutanées humaines n'étant pas suffisante, il a fallu injecter aux souris des APCs provenant du même sang que les progéniteurs hématopoïétiques afin d'obtenir une réponse immunitaire suffisante. La faible concentration en APC cutanées de ce modèle, la lourdeur et le coût de mise au point sont des limites non négligeables pour l'utilisation de ce support d'étude. Ces souris humanisées sont d’excellents modèles d’étude, mais ils présentent chacun leurs limites. Lorsque cela est possible il est ainsi plus simple d’utiliser des explants cutanés frais. Nous avons quantifié les APC cutanées en fonction du site d’origine (abdomen, seins…) et de l’âge du donneur de ces explants issus de chirurgie plastique. Sur les 21 explants testés, nous n’avons pas retrouvé de différence significative dans la concentration en APC quel que soit le site et l’âge du donneur. Ces 3 modèles offrent des possibilités d’étude des mécanismes de l’immunité cutanée, nous les utilisons actuellement au sein du laboratoire pour des tests vaccinaux, et pour l’étude du rôle de l’IL-32 produite par les kératinocytes impliqués dans l’activation des cellules de Langerhans.
Type de document :
Thèse
Immunologie. Université Pierre et Marie Curie - Paris VI, 2017. Français. 〈NNT : 2017PA066287〉
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [331 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01706714
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : lundi 12 février 2018 - 11:15:09
Dernière modification le : mercredi 14 février 2018 - 01:16:17

Fichier

2017PA066287.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01706714, version 1

Collections

Citation

David Boccara. Développement de modèles de souris humanisées pour l'étude des cellules immunitaires de la peau in vivo. Immunologie. Université Pierre et Marie Curie - Paris VI, 2017. Français. 〈NNT : 2017PA066287〉. 〈tel-01706714〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

87

Téléchargements de fichiers

7