Migrations et soins en Guyane

Résumé : La santé (et le besoin de soins) comme facteur d'immigration en France - et notamment dans les départements ultramarins - fait l'objet de peu d'études représentatives alors que cette question surgit régulièrement dans le débat public. Les données concernant la santé des immigrés sont également rares. Après une première étude réalisée à Mayotte en 2007, l'équipe de recherche sur les déterminants sociaux de la santé et du recours aux soins de l'UMRS 707 ont réalisé une étude sur ce sujet en Guyane, auprès d'un échantillon représentatif de la population de Cayenne et Saint-Laurent du Maroni, dans le cadre d'un partenariat avec l'Agence française de développement. Cette enquête a été conduite en 2009 auprès d'un échantillon aléatoire représentatif de plus de 1000 adultes résidant à Cayenne et Saint-Laurent du Maroni. Les analyses montrent que la population des immigrés représente 40% de la population adulte à Cayenne et près de 58% à Saint-Laurent du Maroni. La majorité de cette population est installée en Guyane depuis longtemps : 61% des immigrés adultes résidant à Cayenne sont installés en Guyane depuis plus de 10 ans et cette proportion est de 77% à Saint-Laurent du Maroni. Une part importante de cette population est en situation irrégulière : 21% des immigrés étaient en situation irrégulière à Cayenne et 44% à Saint-Laurent du Maroni. Pour autant, seulement 3,1% [0,5%-5,7%] de la population des immigrés ont migré ou se sont installés en Guyane pour une raison de santé. Les raisons de migration déclarées étaient majoritairement économiques à Cayenne (46,3%) et familiales à Saint Laurent du Maroni (56,1%). Cette enquête a mis en évidence l'existence d'inégalités de santé en fonction du statut migratoire. Nos analyses montrent que les personnes immigrées, qu'elles actuellement soient de nationalité étrangère ou naturalisées françaises, en situation régulière ou irrégulière, ont un plus mauvais état de santé que les personnes nées sur le territoire français. Les résultats diffèrent en fonction de l'indicateur de santé choisi (santé perçue, déclaration d'une maladie chronique ou de limitation fonctionnelle) mais peuvent être dus, au moins en partie, à des situations sociales et économiques nettement plus défavorisées et à un isolement social plus important chez les immigrés. Les plus vulnérables en matière de santé sont les étrangers en situation irrégulière et installés en Guyane depuis plus de 10 ans : ils déclarent notamment, toutes choses égales par ailleurs, un état de santé plus mauvais que les Français de naissance.
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Agence française de développement, pp.117, 2011
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [21 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://www.hal.inserm.fr/inserm-00595137
Contributeur : Pierre Chauvin <>
Soumis le : lundi 23 mai 2011 - 18:04:04
Dernière modification le : mercredi 21 mars 2018 - 18:57:48
Document(s) archivé(s) le : jeudi 30 mars 2017 - 10:36:13

Fichier

DT_105_Migrations_et_soins_en_...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : inserm-00595137, version 1

Collections

Citation

Anne Jolivet, Emmanuelle Cadot, Estelle Carde, Sophie Florence, Sophie Lesieur, et al.. Migrations et soins en Guyane. Agence française de développement, pp.117, 2011. 〈inserm-00595137〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

1472

Téléchargements de fichiers

811